Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Encyclopædia of Gay and Lesbian Popular Culture

Encyclopædia of Gay and Lesbian Popular Culture

Menu
Bispiritualité chez les Berdaches

Bispiritualité chez les Berdaches

Dans tout l’occident, il y a une volonté de normaliser l’homosexualité dans l’enseignement du fait que c’est un comportement normal […] On ne peut pas normaliser ça.

Tariq Ramadan

Il revient régulièrement dans les discours homophobes et de l´islam radical ou tout simplement comme dans le cas de Tariq Ramadan par ignorance et/ou propagande homophobe,  que l'homosexualité serait une invention occidentale. Et pourtant, Il existe de nombreux documents attestant du fait qu'en dehors de l'Occident, nombre de cultures, particulièrement africaines, amérindiennes ou asiatiques, acceptaient les relations entre personnes de même sexe, et également pour certaines les mariages homosexuels. de l'entendre Tariq Ramadan me donne le haut-le-cœur. Dans le ton de sa voix réside la perfidie, la manipulation selon une dialectique bien huilée. Quand interdirons nous à cet homme de répandre la haine, où qu'il soit? 

La bispiritualité, aussi connue sous le nom de berdache, bardache ou être aux deux esprits (agokwa, « comme une femme », en ojibwé), constitue un terme générique utilisé par certaines nations amérindiennes pour décrire des individus non conformes aux normes de genre communément admises dans les sociétés occidentales : femmes ou hommes. Ainsi, certaines nations amérindiennes considèrent qu'il existe au moins quatre genres : hommes masculins, femmes féminines, hommes féminins, femmes masculines. Il existait également des femmes berdaches, au comportement masculin, tenant généralement des rôles destinés aux hommes, comme la chasse ou la direction du foyer. Ces femmes pouvaient se marier à d'autres femmes selon un système de complémentarité de genre : une femme berdache, assurant les rôles masculins, ne peut se marier à une autre femme berdache.

Gravure de Théodore de Bry représentant la scène où Balboa excite ses chiens contre des berdaches (1594) ; Bibliothèque publique de New York.

Gravure de Théodore de Bry représentant la scène où Balboa excite ses chiens contre des berdaches (1594) ; Bibliothèque publique de New York.

Certaines sociétés amérindiennes acceptent le principe d'un troisième genre social. L'institution du berdache était généralisée au sein des peuples amérindiens. D'abord considérés comme des hermaphrodites par les conquérants espagnols, il s'agissait d'hommes qui adoptaient des fonctions et un comportement féminins. Aussi appelés « deux esprits », ils n'étaient considérés ni comme des hommes, ni comme des femmes par ces sociétés, mais vus comme un troisième sexe et exerçaient souvent des fonctions spirituelles. Les conquistadors les considéraient souvent comme l'équivalent des homosexuels passifs et les traitaient avec mépris et cruauté.

Les personnes bispirituelles peuvent participer à des activités masculines ou féminines indépendamment de leur genre.

Parfois il leur est attribué des rôles particuliers dans la tribu, entre autres :

transmettre l'histoire orale ;

voir l'avenir ;

donner les prénoms ;

créer la poterie ;

organiser les mariages ;

créer les coiffes de plumes.

Bispiritualité chez les Berdaches